Les hormones provoquent-elles la dépression chez les hommes de plus de 50 ans ?

It’s uncommon for me to feel depressed but for much of yesterday that was my experience. Symptoms included irritability, fatigue and a feeling of a sort of nothingness. When a friend asked me how I felt I said, “I feel hormonal” I realise that this adventure is part of this process I am going through for a guy of my age.

Changements hormonaux

It’s known as the andropause of male menopause. In many ways, the male menopause passing is a”dark night of the soul.” It’s a time to perform down and feel our feelings, to feel the pain in the past, and to manage unfinished business so that it can be healed. It may also be a time of rebirth, a time of letting go of old dramas so that we can sense the love that awaits us second half of life. I feel withdrawn and I project my sense of being pulled unto my partner.

Je fais ce que les hommes sombres font. Ils projettent leur mélancolie vers l'extérieur et essaient de trouver quelqu'un à blâmer. A bien des égards, je ne suis plus le gars que j'étais et ça me perturbe. J'étais affectueux mais maintenant je ne le suis plus. Beaucoup de ceux qui lisent ce site comprendront comment j'écoute des lignes de chansons. Les vers de chansons que j'entends et que j'écoute me font peur à moi aussi. Je les entends et je sais qu'elles me parlent et j'espère qu'elles disparaîtront mais ce n'est pas le cas La chanson que j'entends aujourd'hui est une que je n'ai pas entendue depuis des années. Je l'entends dans les cafés et je l'entends dans les magasins. C'est une chanson écrite par Neill Diamond. Cet air contient les lignes suivantes.

C'est ce que je ressens depuis quelques jours et je souhaite fuir tout cela. Tout cela est une sorte de combustion interne qui, chez la plupart des hommes, devient un tueur silencieux. Ils se tournent vers une sorte de dépendance ou vers une autre relation pour pouvoir éviter de ressentir la douleur et donc éviter de franchir le seuil de la seconde moitié de la vie. Pourtant, je connais la procédure. En général, mais pas nécessairement, l'expérience devient plus extrême au lieu de s'atténuer.

On va dans une nuit noire ou dans une forêt sombre. En ce qui concerne la ménopause masculine, il n'y a pas beaucoup de lumière disponible. C'est pour cette raison que je partage cette sorte de non-événement à travers cet écrit. Si je peux aider les hommes, et par là même leurs épouses, à reconnaître la procédure, alors, d'une certaine manière, j'apporte un peu de lumière dans l'obscurité. Je n'ai aucune idée de ce que ce partage signifiera. Je crains le ridicule. Je crains que personne ne se remette à lire ce que j'écris à cause de ce qu'il pensera de moi. Pourtant, je continuerai à écrire sur cette nuit noire de l'âme parce que je le peux et parce que c'est ce à quoi je souhaite apporter la guérison et la lumière.

Tabou ?

Cette guérison n'est pas seulement pour moi, mais aussi pour d'autres personnes qui sont beaucoup moins capables de parler de leur expérience. J'ai vécu dans un foyer où le terme dépression était tabou. Je vis dans une culture dans laquelle le mot dépression est tabou. Ma mère a passé une grande partie de sa vie à se sentir déprimée et à se sentir coupable de se sentir déprimée. Elle avait toutes les raisons de se sentir ainsi, mais ne voulait pas les partager. Il était donc presque impossible de l'approcher. J'ai appris à l'approcher en tombant malade et en la manipulant d'une manière ou d'une autre.

Enfant, j'avais ce que l'on croyait être des problèmes cardiaques. Je n'ai jamais eu de problèmes cardiaques physiques, mais les symptômes allaient dans ce sens. J'ai l'intention de faire en sorte que l'expérience de la dépression et son association avec le cycle masculin, connue sous le nom d'andropause, ne soit pas le sujet tabou qu'elle est. J'ai une énorme résistance à le faire, mais ce n'est pas une raison pour ne pas le faire. Lorsque j'écris sur ce sujet, je n'ai pas besoin de le faire. Je souhaite écrire sur toute la beauté, la puissance et l'élégance disponibles au-delà de l'expérience de la dualité. Pourtant, je vois tant de chercheurs spirituels qui parlent, et espèrent aussi, le bénéfice du salut personnel et de la transcendance qui sont, dans une large mesure, émotionnellement misérables.

Ce qu'ils doivent faire, comme beaucoup de chercheurs spirituels, c'est éviter les sentiments douloureux. La ménopause masculine peut creuser un fossé énorme entre un couple qui a été heureux en ménage pendant plusieurs années. L'homme est emmené dans l'obscurité et changé par un processus auquel il résistera et qui, dans la plupart des cas, peut le ruiner. Les femmes qui assistent à cette procédure disent qu'elles veulent retrouver l'homme qu'elles ont connu. Elles ne veulent pas du monstre qu'il est devenu. Si cela ne le ruine pas, dans de nombreux cas, cela détruira le lien. À ce moment-là, je verrai avec quelle facilité cela pourrait se produire dans ma vie. Je suis en quelque sorte plus chanceux.

Je n'ai pas laissé le problème s'éterniser, même s'il s'est éternisé. J'ai demandé l'aide d'une personne extérieure à la relation, formée à ces questions. La situation a empiré depuis que j'ai commencé à parler au conseiller. Pourtant, je sais par expérience qu'on fait très souvent deux pas en avant et un pas en arrière. Les gens ont parfois l'impression de faire plus de pas en arrière car la procédure ouvre des rencontres plus douloureuses. Ce n'est pas toujours un pas en arrière, mais cela en a l'air. Parfois, on s'enfonce davantage dans l'obscurité avant d'avoir un aperçu de l'aube à venir. Hier, j'ai fait un pas en arrière.

Auparavant, j'aurais bu un autre verre, puis quelques autres, ce qui m'aurait conduit à boire davantage. Cette méthode d'évitement est antérieure. Aujourd'hui, je vais faire une longue marche jusqu'à un puits sacré et en faire le tour. L'exercice est une méthode clé pour soulager les symptômes de la ménopause masculine et de la dépression. Je vais essayer, du mieux que je peux, de ne pas être rejetant. Cela me libère et met mon conjoint sur la défensive. De simples expressions de gentillesse aident. La patience est d'une grande aide pour les deux parties, mais elle n'est pas une excuse pour continuer à nier ou à éviter le vrai problème. Je vais regarder ce qui est positif. Alors que je pourrais être dans un bois sombre, ma vie imaginaire est plus que vivante. Elle semble être un aperçu des attractions à venir.

I had for a long time stopped remembering my dreams. I believe that this was a reply to the denial I was going through at the moment. Now I am through (I hope) this period of denying that the dreams have returned. This is polarity. What is averted in the conscious mind plays havoc in the unconscious. Now that denial has opened up other choices the subconscious has become alive. I’m able to do this since the period of time I’ve spent in honouring my dreams as a spiritual practice.

Ce jour-là !

The 10th September, 2011 was World Depression Awareness Day. It was a day where we where invited to try to make melancholy an experience we refuse to deny. It’s in our interest not to continue to deny it because it’s among the top growing medical issues in the Western world. One day will not do it. Awareness of the signs and how they differ in men and women and the procedure involved will help. It’s in teaching an awareness of how the method starts and how it can grow is a start towards the end, not of melancholy, but of this cycle what can become chronic depression. Step one, and I think it’s a large first step, is to be brave enough to acknowledge that the sense of shame that hides the underlying depression and which lets it start to become chronic and more difficult to change. The solution isn’t to learn how to lie about the feelings of pity and their associated motions of anger, sadness, grief and melancholy.

Conclusion

La solution ne réside pas nécessairement dans une relation différente, mais dans l'approfondissement de celle que vous avez déjà, qui trouve son origine dans l'approfondissement de la conscience de votre expérience psychologique multidimensionnelle dans ce monde d'opposés. En outre, il est utile de savoir quels sont les cycles naturels de la condition humaine. Ceci est particulièrement important pour les hommes, car les femmes sont beaucoup plus attentives aux cycles parce que leur corps est davantage lié à ces cycles. Après avoir écrit ce site et avoir marché et fait le tour du puits sacré, je me sens mieux. Cela ne signifie pas que la dépression ne reviendra pas et que je ne me sentirai pas irrité ou déprimé. C'est une procédure. Je suis plus en danger psychologiquement dans la mesure où j'évite de ressentir les sentiments qui surgissent. Je suis plus en danger lorsque je refuse le mouvement de ce qui est un cycle de vie naturel. Le cycle de la naissance, de la mort et de la renaissance. Je ne suis pas différent de beaucoup de gens parce que je résiste à la partie passagère de la création. Je suis différent dans le sens où je suis prêt à franchir le seuil même si je le fais tout en criant.

 

Cet article vous a-t-il été utile ?

Articles connexes