Le Reiki peut-il traiter la dépression ?

Les maîtres Reiki pensent que la pensée est une énergie qui vibre à une très grande fréquence tandis que le corps est une énergie qui vibre à une fréquence plus basse. Les vibrations produisent des actions et les activités produisent des réactions à des niveaux de fréquence de plus en plus élevés, avec un effet d'entraînement ! Alors que les idées positives sont universellement reconnues pour se manifester sous forme de santé, les idées négatives sont tenues pour faire la maladie ou le manque de simplicité.

Santé mentale

La maladie mentale se manifeste par la dépression, la psychose dépressive, la manie ou même la schizophrénie. Le traitement de la dépression par le Reiki devient rapidement une alternative populaire aux médicaments modernes. Le Reiki traite la mélancolie comme une énergie négative. L'énergie négative se manifeste au degré de l'aura comme un déséquilibre dans les chakras ou les centres d'énergie et est visible pour le praticien Reiki comme des taches grises ou noires de l'air.

Le déséquilibre des centres énergétiques provoque des réactions à un niveau concret, car le centre énergétique régit la maladie ou la santé des organes et des glandes endocrines qui se trouvent dans son champ d'action. Les chakras qui sont généralement bloqués chez une personne déprimée sont les plus réduits : le chakra racine, le chakra naval et, dans une certaine mesure, le chakra du plexus solaire, qui fait partie du groupe intermédiaire. Le chakra racine ancre l'individu à la terre. Il représente la volonté physique et est relié à la colonne vertébrale, aux os, aux ongles, aux dents, à l'anus, au rectum, au côlon, à la glande prostrée, au sang et à la construction des cellules.

Les glandes suprarénales, qui produisent l'adrénaline et influencent la température du corps, sont régulées par l'état du chakra racine. L'individu dont le chakra racine est déséquilibré ne peut pas accepter la vie ou apprécier la présence physique. L'énergie créative d'un tel homme ou d'une telle femme est faible et l'expression de soi n'est pas considérée comme nécessaire. L'individu aura tendance à abuser des plaisirs sensuels comme la suralimentation, l'alcool, le sexe, etc. Il ou elle devient égoïste, égocentrique.

Risques

Physiquement, l'individu devient obèse et souffre de constipation. Lorsqu'il est mis au défi, l'individu devient irritable, agressif, colérique, violent et fait preuve d'un manque total de confiance. Si le chakra est complètement bloqué, l'individu manquera d'endurance physique et psychologique et sera plein de sentiments d'incertitude. Le chakra naval est le centre reproducteur et créatif de l'être. Il est lié à la ceinture pelvienne, aux reins, à la vessie et à tous les fluides comme le sang, la lymphe, les sucs gastriques, ainsi qu'à la régulation du cycle menstruel féminin.

Les glandes associées à ce chakra sont la prostate, les gonades, les ovaires et les testicules. Si ce centre d'énergie est occupé et exempt de cubes, l'individu fait preuve de liberté dans l'expression de soi et son style de vie semble intriguant. Les relations interpersonnelles sont considérées comme belles. Un chakra désharmonieux incite l'individu à éteindre les messages sensuels et à faire preuve d'une faible estime de soi, d'une paralysie psychologique et d'une froideur sexuelle. La vie ne semble pas valoir la peine d'être vécue et des tendances suicidaires se manifestent.

Chakra du plexus solaire

Le chakra du plexus solaire est le centre énergétique de l'être. Un chakra harmonieux donne à l'individu le sentiment qu'il a le pouvoir de façonner les choses. Il est relié au bas du dos, à l'estomac, au tube digestif, à l'estomac, au foie, à la rate, à la vésicule biliaire et au système nerveux automatique. L'organe régi par ce chakra est le pancréas.

Le corps absorbe l'énergie solaire à travers ce chakra. Cela nourrit le corps éthérique et permet d'énergiser et de conserver le corps. L'énergie émotionnelle est également régie par ce chakra. Les traits de personnalité et les identités sociales sont déterminés par lui. Puisqu'il est situé entre les chakras supérieur et inférieur, il a pour but supplémentaire de purifier les instincts fondamentaux et de diriger l'énergie créatrice vers les valeurs supérieures de la vie.

Corps astral

De plus, il est lié au corps astral et nous aide à intégrer harmonieusement nos sentiments, nos expériences et nos rêves. Un chakra du plexus solaire bloqué prive la personne de la joie de vivre. L'individu se sent morose, déséquilibré et de mauvaise humeur. Les vibrations négatives ont un impact sur la personne à travers ce chakra. L'individu est agité et essaie de tout manipuler en fonction de ses propres désirs. Il éprouve un sentiment persistant d'inadéquation, qui le pousse à une activité incessante. L'individu se sent facilement menacé et se sent déprimé et frustré.

L'individu insiste sur le fait que des obstacles l'empêchent de réaliser les véritables objectifs de la vie. Il est évident que les indicateurs d'un individu en proie à une dépression aiguë sont autant physiques qu'émotionnels et psychologiques. Un blocage existera au niveau du chakra racine, du chakra naval et du chakra du plexus solaire. Les énergies créatives de l'individu seront au plus bas et l'individu évitera les situations où il doit exprimer ses sentiments. Il est complaisant, égoïste, égocentrique et souffre d'un grand nombre de maux liés à l'intestin et a une propension à prendre du poids. Il manquera d'endurance physique et sera lunatique, irritable, sur la défensive et agressif. Il n'aura aucun intérêt pour la vie et refusera toute interaction. Dans les cas extrêmes, il fera une tentative de suicide.

Exemple

Mme L., une femme obèse (elle pesait 180 kg), n'avait pas franchi le seuil de sa porte depuis dix décennies. Elle était convaincue qu'elle ne pouvait pas marcher sans aide et qu'elle tomberait si elle essayait. Elle passait des journées entières à la maison, refusant de parler aux visiteurs. Elle avait un besoin compulsif de manger et cuisinait et mangeait d'énormes quantités de poulet, de viandes et d'œufs à des heures bizarres de la journée.

Elle a essayé les antidépresseurs et d'autres thérapies comme l'homéopathie, l'acupression, l'acupuncture et tout ce qui lui a été recommandé par sa sœur et son beau-frère. Elle était convaincue qu'elle était née avec de la malchance et qu'elle ne serait plus jamais ordinaire. Elle commençait un remède avec un enthousiasme mitigé, mais sombrait rapidement dans la léthargie et refusait de poursuivre le traitement.

Lorsque Mme L. était connue pour le Reiki, elle s'était convaincue qu'elle n'avait plus longtemps à vivre et avait dit à sa sœur de ne pas s'étonner si elle la découvrait morte un jour. Sa sœur, alertée, s'est précipitée à la clinique de Reiki pour obtenir du soutien.

Jour 1

Comme la personne ne voulait pas venir à la clinique, j'ai décidé de me rendre à son domicile. Il était évident, d'après la posture de Mme L, qu'elle était en proie à une dépression aiguë. Elle était assise sur un canapé, les pieds sur un pouf. Son corps est mou, sa tête est inclinée et ses épaules sont tombantes. Ses bras reposaient sans vie sur ses côtés. Elle semblait perdue pour le monde et n'a même pas levé les yeux lorsque nous sommes entrés dans la pièce.

Elle levait simplement les yeux pour nous regarder sans excitation lorsqu'on lui parlait. Un scanner de l'aura a révélé que son chakra racine et le chakra naval étaient totalement bloqués et que son chakra du plexus solaire était partiellement bloqué. Avec beaucoup de persuasion de la part de sa sœur et de son frère, elle s'est levée et est allée s'allonger sur son lit. J'ai remarqué qu'elle utilisait le déambulateur alors qu'elle était parfaitement capable de marcher sans lui. Elle semblait s'y accrocher comme à un moyen de soutien. J'ai maintenu un bavardage général pendant que je commençais le traitement. Elle continuait à regarder le plafond d'un air absent. Après un certain temps, elle a commencé à faire un peu plus attention.

Ses muscles se contractaient et elle levait la tête pour voir ce que nous faisions. Elle a appelé sa sœur pour lui demander si nous avions utilisé des substances car elle avait ressenti une certaine chaleur à l'endroit où reposait ma main. Quand on lui a assuré qu'on n'utilisait pas de produits chimiques, elle s'est réveillée une fois de plus dans l'indifférence. Lentement et visiblement, elle a commencé à se détendre. Elle a rapidement sombré dans un sommeil profond et a commencé à ronfler. La série de traitements étant terminée, nous l'avons laissée dormir.

Jour 2

Mme L. m'attendait. Elle semblait détendue et calme. A ma demande, elle a répondu : "J'ai dormi profondément et sans rêve pour la première fois. Je me sens bien". Elle est ensuite allée de son plein gré s'allonger sur son lit. Après avoir discuté avec elle pendant un moment sur un certain nombre de sujets (elle n'a pas répondu), j'ai commencé le traitement.

Tout en pratiquant le Reiki, j'ai continué à parler et Mme L. a répondu par monosyllabes aux questions qui lui étaient posées. À la fin de l'heure, elle a déclaré : "Je me suis sentie bien".

Troisième jour

Mme L. était prête pour moi. Elle était allongée et excitée de commencer le traitement. Elle a commencé à discuter du temps qu'il faisait en gardant constamment un œil sur moi. Lorsque j'ai convenu que c'était sexy, elle a commencé à me dire comment la chaleur l'affectait et comment elle ne pouvait pas manger autant qu'avant. J'ai fait des bruits compatissants pour l'encourager.

Elle a semblé se sentir rassurée et s'est ouverte - presque comme si elle se parlait à elle-même et me posait parfois une question. Puis, son ton a changé et elle est devenue plus personnelle et émotionnelle. Elle s'est épanchée sur ses sentiments. Elle a insisté sur le fait qu'elle avait été très déprimée parce que Dieu lui avait enlevé son mari, que ses enfants s'étaient envolés vers des pays lointains et que personne ne s'occupait d'elle. Elle a dit qu'elle avait détesté Dieu le jour où il avait pris son mari et qu'elle n'était pas allée à l'église ou n'avait pas pleuré depuis longtemps. Comme elle avait été très croyante, elle se sentait coupable d'avoir abandonné Dieu, mais elle le haïssait et n'avait pas besoin de le supplier. Elle se met alors à pleurer et à fulminer contre Dieu en s'exclamant qu'elle ne devrait pas le faire ! Cet accès d'émotion a duré près d'une heure, pendant laquelle j'ai continué le traitement, sans me laisser impressionner. Finalement, épuisée par les émotions et détendue par le Reiki, Mme L. s'est endormie.

Quatrième jour

Mme L. m'attendait, un peu honteuse et timide. Elle l'a accueillie avec un défi : "Je me suis un peu emportée hier. Je suis désolée". Je lui ai assuré que tout allait bien, qu'elle ne devait pas retenir ses émotions et que je ne voyais pas d'inconvénient à ce qu'elle me parle. Elle m'a alors demandé, un peu méfiante : "Pensez-vous que votre traitement me rend déséquilibrée ? Croyez-vous que Dieu est méchant ? Non". Elle m'a ensuite demandé : "Pensez-vous que je doive commencer à le prier ? Pensez-vous qu'il va entendre mes prières maintenant ? J'ai abusé de lui ! Oui, vous devriez. Dieu est extrêmement indulgent et il est toujours heureux d'accueillir ses enfants, même s'ils ont été maltraités !

 

Cet article vous a-t-il été utile ?

Articles connexes